Une note de magie pour ton roman


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

création roman
Comme tu le vois depuis le début de la semaine, concevoir son personnage principal prend du temps. Après la fiche-personnage, la roue de la vie et les 7 indispensables auxquels réfléchir pour un héros complet, j’avais envie de te montrer d’autres méthodes qui permettent d’approfondir tes connaissances à propos de celui auquel s’identifiera ton lecteur.
Mais, finalement, j’ai choisi de ne pas le faire pour deux raisons :

1- je me suis retrouvée coincée dans la création de mon héroïne parce que j’avais besoin de réfléchir à un élément clé pour elle (je t’explique tout si tu vas au bout de ta lecture).

2- tu peux retrouver la suite de la méthode dans la formation de la semaine (attention, la promo se termine ce soir !):
➤ Concevoir l’histoire complète de ton héros en 5 jours.
Clique ici pour y accéder :
http://devenir-ecrivain.com/clients/signup/oHRWDLmi

Cette formation comporte 6 modules audio et 6 fiches au format PDF :
* une courte introduction
* 5 modules de formations
* une fiche-action qui récapitule les idées clés et les exercices à faire
* 5 fiches-exercices pour servir de support à ta réflexion

Du coup, on va parler d’un tout autre sujet aujourd’hui, bien qu’il soit quand même en lien avec le héros.
Au départ pour cette session d’écriture, j’avais envie d’approfondir le parcours de vie de Laélia, de noter les grands événements qui l’ont marqué et peut-être même de rédiger cette scène clé de ses 5 ans qui a marqué à jamais son existence.
Oui, mais voilà, il me manquait un élément essentiel de mon personnage : puisque Laélia est une muse (même si elle ne le sait pas), elle est censée posséder des pouvoirs magiques (même si elle ne les ressent pas ou ne les reconnaît pas et donc ne les utilise pas au début de mon histoire). Impossible de parler des événements passés où sa vraie nature de muse s’est manifestée sans que je sache très exactement quelles sont les capacités surnaturelles latentes chez mon héroïne.

Cela m’a emmené à mettre en place tout le système de fonctionnement de la magie dans mon monde.
Si tu écris de la fantasy, tu vas avoir besoin de le faire toi aussi 😉
Je vais donc t’expliquer ce que j’ai fait et te donner des conseils au fur et à mesure pour que tu puisses le faire à ton tour.

Voici une liste des questions que je me suis posée (et les éléments de réponse que j’ai apportés pour mon roman) :

  • Qui peut utiliser la magie ?
    – le Grand Magicien créateur du monde
    – les mages
    – les fées
    – les muses (qui sont un mélange entre fées et mages)
  • Comment la magie est-elle exécutée ?
    – les mages : elle passe par les mots
    – les fées : elle passe par les gestes
    – les muses : elle passe par la pensée
  • Comment accède-t-on à la magie ?
    – les mages : par les liens de sang
    – les fées : choisies de façon aléatoire parmi le peuple par une force supérieure
  • Comment la magie est-elle apprise ?
    – elle peut s’apprendre seul mais sa maîtrise est plutôt censée être enseignée par les aînés et plus expérimentés.
  • Est-ce que la magie a sa propre volonté ?
    – non, elle n’est qu’un outil.
  • Est-ce que la magie est restreinte dans le temps et l’espace ?
    – oui, les deux. Mais plus les magiciens sont expérimentés, plus ils peuvent étendre la portée de la magie.
  • Que peut faire la magie disponible ?
    – le bien ou le mal selon les motivations de ceux qui l’utilisent.
  • Comment est-elle reliée aux personnages et à l’intrigue du roman ?
    – elle est au coeur de l’événement déclencheur de mon histoire. Elle est aussi au coeur de l’objectif externe de Laélia (sauver sa famille et son royaume) et au coeur de son objectif interne (trouver sa véritable identité). Elle va aussi permettre le dénouement de l’intrigue.
  • Quel est le coût de la magie ?
    – les mages : besoin d’un temps de récupération après utilisation (plus ou moins long selon la force magique utilisée).
    – les fées : présence de la magie aléatoire et difficilement maîtrisable qui entraîne des erreurs aux conséquences néfastes pour l’entourage.
    – les muses : pour Cattleya, la magie grignote peu à peu sa force vitale. Pour Laélia, la magie provoque la douleur chez elle et chez ceux qui la touchent.
  • Que ne peut pas faire la magie ?
    – la magie ne peut pas tuer même si elle peut affaiblir assez pour que l’on puisse tuer grâce aux méthodes traditionnelles.
  • Combien de temps dure la magie ?
    – les mages : de quelques secondes à quelques minutes suivant l’expérience.
    – les fées : très aléatoire et pas contrôlable.
    – les muses : varie selon l’expérience, mais peuvent dépasser les records de temps des mages.
  • Comment les autres réagissent-ils à la magie ?
    – au début de mon histoire, le peuple du royaume de Varsën craint la magie plus que tout. D’où l’emprisonnement des fées dans la forêt et l’isolement des mages (qui ont perdu leurs pouvoirs).
  • Pourquoi les magiciens ne prennent-ils pas le contrôle du monde entier grâce à leurs pouvoirs ?
    – la magie est contenue à l’extérieur du royaume de Varsën par la barrière magique qui le protège.
    – la magie est contenue au coeur du royaume dans la forêt des fées (entourée elle aussi d’une barrière magique infranchissable).

Une fois ces différentes questions abordées, je me suis également interrogée sur le type de pouvoirs détenus par Laélia.
Il y a 6 grandes familles de pouvoirs magiques que tu peux utiliser pour tes personnages :

  • 1- Les pouvoirs de création (pour créer des objets à partir de rien autour de soi, sur soi ou sur les autres).
  • 2- Les pouvoirs de détection (pour augmenter la sensibilité à l’environnement).
  • 3- Les pouvoirs de santé (relatifs aux formes de vie et aux changements des constantes vitales).
  • 4- Les pouvoirs d’illusion (faire voir des choses qui n’existent pas).
  • 5- Les pouvoirs de manipulation (manipulation du monde ou de l’esprit des gens).
  • 6- Inclassables.

Dans mon roman, les pouvoirs varient selon les classes de magiciens :
– les mages ont des pouvoirs de détection et d’illusion,
– les fées des pouvoirs de création et de santé,
– les muses piochent dans tous les types de pouvoirs.
À l’intérieur d’une classe de magiciens, les pouvoirs et la puissance magique ne sont pas les mêmes selon les individus.

Avant de terminer, voici une liste des pouvoirs que j’ai choisie pour Laélia et qui te donnera une idée un peu plus précise de ce que tu peux faire :

  • Création :
    – donner vie aux objets immobiles.
    – faire apparaître et jouer avec la lumière.
    – matérialiser la magie (pour soi).
    – des pouvoirs liés aux 4 éléments.
  • Détection :
    – masquer sa présence.
    – sonder l’esprit des gens/protéger son esprit.
  • Santé :
    – paralyser.
    – diminuer ou augmenter la douleur.
    – endurance aux changements de température.
  • Illusion :
    – matérialiser les peurs.
  • Manipulation :
    – créer des barrières magiques.
    – respirer sous l’eau.
    – varier, effacer, créer des souvenirs.
    – transformer la matière.
    – verrouiller/déverrouiller des serrures.
    – communiquer en rêve.

Et voilà le travail du jour ! J’ai l’impression d’avoir fait un grand pas en avant dans la compréhension de mon personnage et de mon monde.
Comme d’habitude, je me laisse libre de voir évoluer mes idées, de changer certains points ou d’en ajouter. 😉

Avant de te laisser, je te rappelle que c’est le dernier jour de promo pour la formation de la semaine :
http://devenir-ecrivain.com/clients/signup/oHRWDLmi

Crédit photo : Lukas Portner