Les 3 arcs narratifs négatifs pour écrire votre roman


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

arc narratif
Si vous voulez écrire un roman, vous avez besoin de travailler l’arc narratif de chacun de vos personnages.
L’arc narratif c’est l’évolution psychologique d’un personnage tout au long de votre roman. Cet arc narratif peut être :

  • Positif : le personnage sort grandit de son aventure.
  • Plat : il n’y a pas dévolution mais le personnage a un impact sur le monde qui l’entoure.
  • Négatif : le personnage termine dans un état pire que celui dans lequel il a commencé.

Il y a plusieurs manières de dire des choses négatives. L’arc narratif négatif dépend du mensonge auquel croit le personnage, à savoir une croyance spécifique à laquelle il adhère mais qui se révèle fausse. Il sera alors prêt à sacrifier de bonnes choses pour poursuivre la fausse promesse du mensonge.

Il y a trois possibilités pour l’arc narratif négatif de votre personnage.

  • L’arc narratif de la désillusion : le personnage croit un mensonge, il surmonte ce mensonge et découvre une vérité qui est pire.
    Dans plusieurs cas, l’arc narratif de la désillusion n’est pas négatif en tout. Le personnage a grandit et changé grâce à la vérité. Sa vie a changé sur certains points, pour le mieux, grâce aux événements qu’il a vécu.
    Et pourtant c’est un échec car le personnage passe d’une perspective positive à une perspective négative : la nouvelle vérité n’est pas toute rose. Elle est dure et froide.
  • L’arc narratif de la chute : le personnage croit un mensonge, il s’accroche au mensonge et termine en croyant encore plus fort à ce mensonge.
    C’est l’arc narratif le plus souvent associé aux tragédie. Le personnage commence comme dans un arc narratif positif, déjà retranché dans le mensonge. Mais il rejette toutes les chances d’embrasser la vérité et s’enlise de plus en plus dans ses propres erreurs. Il entraîne d’autres personnes à sa suite. Son histoire se termine par la folie, l’immoralité ou la mort.
  • L’arc narratif de la corruption : le personnage voit la vérité, il rejette la vérité et adopte le mensonge.
    Le personnage débute dans un monde qui connaît déjà la vérité. Il a l’opportunité de faire de même mais la semence du mensonge est latente même si la vérité est juste devant lui.
    On a un personnage bon (ou qui a un grand potentiel de bonté) mais qui choisi consciemment les ténèbres.

Pour intéresser votre lecteur et écrire un roman passionnant, pensez à varier le type d’arcs narratifs que vous utilisez.

Crédit photo : Bebo

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.