Les figures de style : définition et utilité pour votre roman


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

les figures de style dans le romanQu’est-ce qu’une figure de style ?

Une figure de style modifie la façon ordinaire de s’exprimer afin de dire les choses de manière plus frappante ou plus imagée. Elles éveillent l’intérêt du lecteur, suscitent son attention ou renforcent un sentiment.

Il existe de très nombreuses figures de style que l’on peut classer selon l’effet qu’elles produisent : répétition, analogie, atténuation, construction, etc.

Quelques principes de départ

  • La plupart du temps, votre lecteur se rendra à peine compte de la présence des figures de style. Le but n’est pas d’alourdir le texte mais d’en renforcer l’idée.
  • Suivant le type de texte que vous écrivez, vous aurez plus ou moins besoin de réfléchir à l’emploi des figures de style. En poésie, elles sont très fréquentes, quasi indispensables. En effet, le texte est généralement court et technique. Il se doit d’être réfléchi et percutant. Dans un roman, au contraire, l’emploi d’un trop grand nombre de figures de style peut gêner la lecture. Vous les utiliserez plutôt dans des scènes clés.
  • On aurait tord de dire qu’un écrivain réfléchi à chaque figure de style qu’il utilise. Avec l’habitude, vous vous apercevrez que vous employez certaines figures de style sans vous en rendre compte ! Alors pas de stress. Si vous êtes à l’aise utilisez-les, sinon, n’insistez pas.

Les principales figures de style

Mon but n’est pas de faire un inventaire exhaustif de toutes les figures de style mais de vous présenter les principales, celles qui peuvent être les plus utiles lorsque vous rédigez votre roman.

  • Les figures de répétitions :

    • ANAPHORE : c’est la répétition d’un mot ou d’un groupe de mots en début de phrase. Le contraire (répétition en fin de phrase) est l’HOMEOTELEUTE.
    • ALLITERATION : c’est la répétition d’un son consonne dans la même phrase ou le même paragraphe.
    • ASSONANCE : c’est la répétition d’un son voyelle dans la même phrase ou le même paragraphe.
    • PLEONASME : c’est la répétition de la même idée en utilisant des termes synonymes côte à côte. Ex : monter en haut.
    • PARONOMASE : c’est la répétition de mots qui ont des sonorités semblables et des sens différents. Ex : Le seau et le râteau dans la cour du château.
    • PARALLELISME : c’est la reprise de la même structure de phrase. Ex : Deux chats se trouvaient dans le pré. L’un gambadait après un papillon. L’autre courait après un lézard.

    Les figures de répétitions peuvent être utiles pour souligner l’atmosphère d’une scène (renforcer la peur, la violence, la tendresse, l’attente, etc.).

  • Les figures d’analogie :

    • ALLEGORIE : c’est la transformation d’une idée abstraite en une image concrète. Ex : La mort représentée par un personnage avec une faux.
    • PERSONNIFICATION : c’est le fait de faire parler ou de donner des caractéristiques humaines à un être inanimé, un objet, une plante.
    • COMPARAISON : c’est le fait de rapprocher deux éléments à l’aide d’un outil grammatical tel que « comme, pareil, semblable à, tel, de même que, etc. Il y a toujours un comparé et un comparant. Ex : Ce bijou brillait comme le soleil.
    • METAPHORE : c’est aussi une comparaison mais une comparaison implicite. Il n’y a pas de terme comparatif (comme, tel, etc.). Souvent, il n’y a que le comparant de présent dans la phrase. Ex : « Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage. » C.Baudelaire.

    Les figures d’analogie permettent de donner au lecteur un autre regard sur les choses, de lui faire comprendre leur teneur profonde, d’aider à la description (d’un élément concret ou d’une idée).

  • Les figures d’amplification :

    • HYPERBOLE : c’est le fait d’exagérer une idée. Ex : C’est à mourir de rire !
    • GRADATION : c’est le fait de mettre côte à côte des termes ascendant ou descendant. Ex : « Je me meurs, je suis mort, je suis enterré » Molière.

    Les figures d’amplification servent à persuader ou amuser le lecteur.

  • Les figures d’atténuation :

    • LITOTE : c’est le fait d’atténuer une pensée positive. Dire moins pour suggérer davantage. Ex : Ce n’est pas mal (pour dire « c’est très bien »).

    • EUPHEMISME : c’est le fait de partager une idée désagréable d’une façon plus douce. Ex : Il nous a quitté (pour dire « il est mort »).

    • ANTIPHRASE : c’est le fait de dire le contraire de ce qu’on pense. Ex : C’est du joli (pour dire que c’est une bêtise).

    Les figures d’atténuation peuvent particulièrement être utiles lors de vos dialogues pour bien montrer le caractère de vos personnages, leurs sentiments, etc.

  • Les figures de construction :

    • ELLIPSE : c’est passer volontairement sous silence certains éléments nécessaires à la narration. Cela produit un effet d’accélération.
    • OXYMORE : c’est le fait de rapprocher deux termes normalement opposés. Ex : « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles ». Corneille.
    • ASYNDETE : c’est la suppression des mots de coordination, par exemple dans une énumération. On parle de POLYSYNDETE lors de l’emploi excessif de ces mots.

    Les figures de construction peuvent servir à modifier le rythme de votre texte ou à susciter la surprise du lecteur.

  • Pour aller plus loin, n’hésitez pas à pratiquer les jeux d’écriture. C’est un bon moyen pour travailler les figures de style et se familiariser avec elles.

    Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

    Crédit photo : Mick Cam

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.