Jeu d’écriture : La pie et l’otarie


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

désir d'histoire
Cette semaine, j’ai décidé de ne pas réaliser l’un de mes jeux d’écriture mais de m’amuser avec celui proposé par Olivia dans la rubrique Des mots, une histoire de son blog.

Le jeu d’écriture proposé est un logorallye. Il s’agit donc d’écrire un texte dans lequel on intègre des mots imposés. Voici la liste de ceux que l’on devait utiliser : cactus – documentaire – blasphème – chérir – pie – pimenter – matin – ressenti – gel – graine – bronchiolite – fromage – sarabande – mordant – gage – épaulette – dérision – givre – précipice – otarie – patinoire – nuit – excédent – frénétique. 

Comme à mon habitude, j’ai voulu utiliser la fable Le corbeau et le renard de Jean de La Fontaine, fable dont j’ai simplement repris quelques éléments.
Je vous laisse découvrir mon texte :

Madame Pie sur un arbre perchée,
Jacasse durant tout l’été du matin à la nuit tombée.
Tantôt avec un ton mordant,
Enchaînant répliques, blasphèmes et dérision,
Tantôt de son air le plus savant,
Citant tel documentaire avec passion
Ou se laissant emporter
Par des histoires bien pimentées.
De la météo à la politique,
Rien n’échappe à sa mémoire frénétique.
Madame Otarie par la sarabande ennuyée,
Lui exprime son ressenti sans hésiter :
« Un excédent de mots emplie votre langage,
Vous faites tout un fromage,
De ce qui n’est au fond que peu de choses !
A semer des graines de discorde
Vous ne récolterez que désordre.
Je gage qu’à poursuivre ainsi sans pauses,
Votre voix au gel sera vulnérable. »
« Un cactus serait plus aimable,
S’indigne Madame Pie offusquée.
On ne peut que chérir,
La connaissance et s’en nourrir.
Si vous ne voulez m’écouter
Retournez à votre patinoire ! »
Sachant le givre non loin
De cette réplique, Madame Otarie ne s’inquiète point.
La suite de cette histoire
Ne tarde pas à lui donner raison :
Madame Pie obtient pour supplice
Une bronchiolite de saison
Qui la jette au fond du précipice.
Madame Otarie sans attendre accourt,
Et triomphe sans détours :
« Apprenez Madame, que toute commère
A la fin désespère,
Cette leçon vaudrait bien un hommage sans doute ! »
Madame Pie qui ne peut rien d’autre écoute,
Le changement d’épaulettes
La laisse tout à fait muette,
Honteuse et vaincue.
Elle jure, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendra plus !

J’espère que vous avez apprécié cette fable !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.