Jeu d’écriture 9 : Changement de règle


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

le corbeau, le renard, le fromage musical
Après La pie et l’otarie, voici cette semaine un nouveau jeu d’écriture dans lequel vous allez retrouver un corbeau et un renard très célèbres. Attention une fois encore à ne pas laisser caresser son égo par des mots doux !

L’exercice que je veux vous présenter s’intitule « Changement de règle ». Il s’agit d’écrire un texte en modifiant au moins une des règles de notre monde. La transformation peut s’opérer sur une loi humaine, une loi naturelle ou biologique, etc. Libre à chacun de laisser courir son imagination ! 

Comme à mon habitude, j’ai intégré à cet exercice une contrainte supplémentaire : reprendre la fable Le corbeau et le renard de Jean de La Fontaine.
Voici ma production :

Un chant dans l’obscurité

Au premier cri des fleurs, Maître Renard sortit le nez de son terrier. C’était une belle matinée très sombre. La forêt baignait dans l’obscurité des étoiles. Les ombres naissaient au creux des feuilles des grands arbres, couraient le long des troncs et enveloppaient de rayons noirs leurs racines pointées vers le ciel. Maître Renard huma l’air chaud avec satisfaction : cela promettait d’être une journée magnifique ! Il fit un pas en dehors du terrier, passa sous le ruisseau qui flottait à sa droite et s’arrêta. Il venait d’entendre une musique légère, une musique tout à fait incongrue au cœur de la forêt mais qu’il reconnût immédiatement : c’était le chant salé d’un fromage !
– Hum, se dit-il, il y a de la douceur et, de temps à autre, une pointe râpeuse. Un fromage à croûte, sans aucun doute !
Il écouta encore un moment, attentif. Oui, c’était bien cela, un fromage à croûte. Mais ces autres notes, qu’indiquaient-elles ? Poivre ? Cumin ? Il n’arrivait pas à se décider et cette énigme risquait de lui gâcher sa journée.
– Rien de mieux que d’aller voir par soi-même, décida-t-il alors.
Il trottina sur le chemin, saluant au passage les fleurs qui valsaient dans les airs en fredonnant, tous pétales ouverts. Il avala quelques-unes de leurs notes en guise de petit déjeuner : elles avaient un goût de rosée, un peu sucré.
– Juste ce que j’aime ! songea Maître Renard ravi.
Guidé par le chant de plus en plus fort, il arriva bientôt au bord de la clairière. C’était un trou large d’une dizaine de pas et profond d’autant. Là, tout au fond, Maître Corbeau était confortablement installé. Il tenait entre ses pattes le fameux fromage.
– Oh, oh ! voilà un beau morceau, songea Maître Renard en apercevant les notes salées qui glissaient du fromage, aussitôt avalées par le bec orange. Mais, soyons un peu philosophe, Maître Corbeau ne lâchera pas ainsi sa proie !
– Bonjour, Maître Corbeau, commença Maître Renard.
Les mots sortirent de sa truffe, s’inscrivirent dans l’air et descendirent en silence le long des racines noires jusque vers l’oiseau.
– Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
Les mots s’affichèrent en grosses lettres pour venir caresser les plumes de Maître Corbeau.
– Sans mentir, continua Maître Renard, fort inspiré par la musique du fromage – c’était du cumin, il en était certain maintenant !- si la dextérité de vos membres se rapportent à celle de votre bec, vous êtes le champion des hôtes de ces bois !
Baigné de mots crémeux, Maître Corbeau se sentit éclater de joie et pour démontrer ses capacités, il ouvrit les griffes, laissa s’envoler sa proie. Maître Renard s’en saisit et dit :
– Apprenez, mon bon Monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Les paroles frappèrent les plumes de Maître Corbeau qui battit des ailes d’indignation.
– Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute !
Le corbeau, honteux et confus, jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. Quant à Maître Renard, il retourna à son terrier, posa le fromage sur son oreiller et lui demanda de bien vouloir continuer à chanter.

J’espère que cette petite promenade musicale aura ravi votre imagination ! Pour ma part, j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte dans lequel je transforme les paroles prononcées en paroles écrites et les odeurs en sons ! Pour m’amuser, j’ai aussi imaginé un monde un peu étrange avec ses arbres à l’envers et ses fromages et fleurs volantes !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : clic me

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.