Jeu d’écriture 28 : La fable express


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

jeu d'écriture Jean de La Fontaine

Voilà quelques temps que je n’ai pas publié d’exemples de jeu d’écriture. Je me rattrape aujourd’hui en vous présentant ma version de la fable « Le corbeau et le renard » de Jean de La Fontaine, version qui répond aux exigences du jeu d’écriture 28 : La fable express.

Il s’agissait d’écrire une fable en intégrant, soit une morale déformée, soit l’équivalent de cette morale sous forme d’homophones.

Pour cet exemple de jeu d’écriture, j’ai choisi de détourner la véritable morale de la fable : « Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute ». Pour faire cela :

  • J’ai découpé la phrase en syllabes : Tout fla teur vit au dé pend de ce lui qui l’é cou te
  • J’ai repris le maximum de syllabes (ou leur homophone) pour former de nouveaux mots : Toute ode ravit les panses des flatteurs !
  • J’ai ajouté deux syllabes pour compléter : ra, des

Dans l’idéal, j’aurais souhaité conserver toutes les syllabes de la phrase de départ mais je n’ai rien trouvé de satisfaisant.

Pour m’amuser un peu plus, j’ai choisi d’intégrer à la fable des maximes trouvés ici et là sur le net :

  • J’ai les goûts les plus simples du monde. Je me contente du meilleur.
    Oscar Wilde
  • Bois aujourd’hui pour étancher ta soif de demain.
    Proverbe Irlandais
  • La politesse est une clef d’or qui ouvre toutes les portes.
    Proverbe tunisien
  • Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire.
    Proverbe Chinois
  • Nul n’a droit de faire ce que la liberté d’un autre lui interdit.
    Citation de Jean-Jacques Rousseau
  • On ne donne rien si libéralement que ses conseils.
    Citation de François De La Rochefoucauld

Voici donc ma fable express :

Maître Corbeau sur un arbre perché,
Tiens en son bec un fromage.
Ravie de son butin,
Il se flatte sans fin.
« Je peux le dire sans peur
J’ai les goûts les plus simples du monde. Je me contente du meilleur. »
Maître Renard qui parade dans le coin,
Sent un doux fumet se répandre au loin.
« Bois aujourd’hui pour étancher ta soif de demain ! »
Mais attention, soyons malin
La politesse est une clé d’or qui ouvre toutes les portes
Sachons bien parler pour remporter la cagnotte. »
Il lance alors son discours,
Une véritable déclaration d’amour :
« Eh ! Bonjour Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit et dit :
« Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire
La leçon vaut bien un Saint-Nectaire ! »
Le Corbeau honteux et confus rétorque, mais un peu tard :
« Nul n’a le droit de faire ce que la liberté d’un autre lui interdit. »
Maître Renard rit en s’éloignant sous le soleil :
« On ne donne rien si libéralement que ses conseils !
N’oubliez pas les derniers mots de votre serviteur :
Toute ode ravit les panses des flatteurs !  »

Avez-vous apprécié cette version de la fable de « Le corbeau et le renard » ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : Julien Magne

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.