Comment écrire un bon début de roman ?


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

écrire un bon début de romanA quoi sert le début d’un roman ?

Avant de se pencher sur la question de la rédaction, il est essentiel de bien comprendre quel est le rôle de l’incipit. Les deux buts principaux du début de roman sont liés à la présence du lecteur :

  • Le premier rôle de l’incipit est de faire découvrir au lecteur les éléments essentiels du livre qu’il a entre les mains : personnages, contexte lié au genre, intrigue, etc.
  • Le second rôle de l’incipit est de donner envie au lecteur de poursuivre sa lecture. Essayez donc de trouver des détails pour accrocher son intérêt.

    Voici quelques exemples de premières phrases qui projettent le lecteur dans l’action et l’interrogent :

    • « L’airbus 5403 Istanbul-Paris décrocha » : Un avion sans elle, de Michel Bussi.
    • « Mabel avait su d’avance ce qui l’attendait »: La fille de l’hiver, de Eowyn Ivey.
    • « D’abord le souffle vif et piquant du vent qui balaie un visage » : Central Park, de Guillaume Musso.

Quel type de texte pour un début ?

Partez tout de suite du principe qu’il n’y a pas une unique bonne façon de commencer un roman.
Par contre, fixez-vous une règle : écrire quelque chose de dynamique.

Plusieurs choix s’offrent à vous quant au type de texte que vous pouvez utiliser :

  • Un dialogue : Personnellement, je trouve qu’il est difficile de plonger tout de suite le lecteur dans le contexte quand on commence par un dialogue. En effet, il est plus dur de donner les informations essentielles à la compréhension.
    Attention aussi à ne pas prolonger indéfiniment le dialogue… ou choisissez d’écrire du théâtre !
    Exemple d’un roman qui commence par un dialogue : Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites, de Marc Lévi.
  • Un récit : ce choix permet de mettre l’accent tout de suite sur les personnages et/ou l’action principale. Attention, récit ne signifie pas forcément dynamisme. Veillez à introduire des éléments qui captent l’attention du lecteur, qui l’interrogent ou le surprennent.
    Exemple d’un roman qui commence par un récit : La fille de braises et de ronces., de Rae Carson.
  • Une description : attention à ne pas faire une description trop détaillée, ennuyeuse et inutile. Vous aurez d’autres occasions de décrire le paysage fabuleux dans lequel se déroule votre histoire ! Pensez à introduire rapidement de la vie et du mouvement en basculant sur les personnages ou l’action.

Vous pouvez très bien mêler les différents types de textes évoqués ci-dessus pour donner du rythme à votre incipit et présenter à votre lecteur les éléments principaux de l’histoire.

Quelque soit votre choix, n’écrivez rien qui soit totalement détaché du personnage principal ou de l’action qui est au coeur de votre roman. Lorsqu’il ouvre votre livre, le lecteur veut savoir qui il va rencontrer et à quoi il va se retrouver confronté.

Quelle chronologie pour le début d’un roman ?

Une fois de plus, plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez commencer :

  • Par un flashback, un retour dans le passé, parfois bien avant le début de l’histoire. Il s’agit par exemple d’expliquer une situation politique, une légende, un accident, etc.
    Exemple : La Fleur des Highlands, de Anna Lyra.
  • Par le début de l’histoire, tout simplement, juste avant le moment où va se dérouler l’élément perturbateur.
    Exemple : La dormeuse d’Abou Simbel, de Alain Feld.
  • Par un début « in médias des », au moment où débute l’action, le coeur de votre intrigue.
    Exemple : Au Coeur du Solstice, de Jacques Vandroux.
  • Par un flashforward : c’est le contraire du flashback. Il s’agit de faire un bond en avant dans le futur afin que le lecteur s’interroge sur « comment les personnages en sont-ils arrivés là ? ».
    Exemple : Tous les romans de la série Twilight.

A vous de voir ce qui correspond le mieux à votre intrigue, ce que vous aimez le plus en tant que lecteur et ce qui vous inspire en tant qu’auteur !

Comment procéder pour rédiger le début de son roman ?

Vous avez maintenant une idée des différents choix qui s’offrent à vous. Il est temps d’écrire votre incipit ! Pour cela :

  • Pensez à des débuts que vous aimez, à des romans qui vous ont accrochés dès la 1ère ligne et reprenez les mêmes méthodes d’organisation de l’incipit. Il ne s’agit pas de copier le contenu mais la structure !
  • Si vous avez du mal à écrire les premiers mots, trouvez un prétexte pour vous lancer dans la rédaction : reprenez une phrase d’un roman (vous changerez après), demandez les trois premièrs mots à un ami, écrivez ce qui vous passe par la tête, etc. L’essentiel est d’avoir un brouillon.
  • Rédigez un 1er jet complet sans réfléchir. N’essayez surtout pas d’être parfait !
  • Laissez de côté votre incipit et rédigez le brouillon de votre roman. Une fois celui-ci achevé, retravaillez votre incipit. Vous aurez peut-être de nouvelles idées et, en tous cas, pris du recul par rapport à votre oeuvre.
  • Lors du travail de relecture, soignez particulièrement la 1ère phrase : pas de fautes d’orthographe, une tournure correcte, un élément qui accroche l’attention du lecteur. N’oubliez pas que les premières lignes de votre roman reflètent votre style.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : Béatrice Faveur

Share Button


Les commentaires sont désactivés. Pour poursuivre la discussion rendez-vous sur le forum ou la page facebook.