Comment bien écrire une description ?


Besoin de résultats rapides ?
➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes
(valeur 97 Euros)

écrire une bonne description
Les effets produits par la description

Pour bien écrire une description, il faut d’abord savoir à quoi elle sert dans un roman. Cela permettra d’éviter certains pièges et d’ennuyer le lecteur avec des éléments inutiles.
Voici 3 effets que produit une description :

  • l’effet-peintre : elle présente les lieux et les personnages au lecteur, permet de situer les choses, de comprendre ce à quoi ressemble l’univers de l’auteur. C’est une toile peinte par l’auteur pour les yeux du lecteur.
  • l’effet-explorateur : elle permet de rendre concrète l’histoire, de faire oublier au lecteur l’endroit et les personnes qui l’entourent, de l’immerger dans un autre monde. Elle ne fait pas qu’esquisser un décors, elle le rend vivant.
  • l’effet-reporter : l’auteur utilise un point de vue particulier, comme le reporter choisi son angle d’attaque selon l’objet de son reportage. La description souligne alors certains aspects de l’histoire (par exemple un détail important chez un personnage, une configuration du terrain qui va gêner le héros ou, au contraire, l’aider, etc.) et provoque des sentiments chez le lecteur (peur, admiration, etc.).

Attention, la description ne doit pas produire d’effet-documentaire ! Même si le lecteur peut être très content d’apprendre certains détails sur la vie et le contexte de vos personnages, il chercher surtout à voir avancer l’intrigue.

5 pièges à éviter pour écrire une description

  • vouloir trop en dire : écrire une description, c’est d’abord être capable de faire des choix pour respecter l’effet-reporter et ne pas surcharger le texte. N’hésitez pas à sélectionner les informations que vous donnez à votre lecteur pour lui transmettre uniquement le plus important.
  • ne pas en dire assez : vous avez besoin de détails pour que le lecteur soit projeté dans votre récit. Ne vous contentez pas de survoler la scène. Utilisez les détails pour montrer à votre lecteur votre propre interprétation de la « photo ».

  • veiller à la vraissemblance : soyez très attentif à ce point. Si le lecteur sent que les éléments qui composent votre description sont bancals, il ne vous suivra pas dans l’imaginaire. Renseignez-vous avant de décrire un lieu ou un personnage particulier. Soyez cohérent avec vos choix tout au long du roman.

  • parler seulement de ce qui se voit : pour que votre description provoque un effet-explorateur, vous devez absolument penser à utiliser les 5 sens. On n’appréhende pas le monde par la vue seule. L’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat sont tout aussi importants, parfois même plus selon les scènes du roman.

  • être brouillon dans sa description : décrire en passant d’un élément à un autre sans ordre logique est le meilleur moyen pour que le lecteur saute le passage descriptif ou même referme votre livre. Choisissez un angle de vue et tenez-vous y, organisez votre description pour aider le lecteur à visualiser les choses.

Dans tous les cas, il est vraiment important de travailler les personnages et les lieux de son roman avant de commencer la rédaction. Pour aller plus loin et approfondir votre réflexion sur ces deux éléments structurants, n’hésitez pas à aller voir les formations que j’ai faites à ce sujet : La méthode pour créer des héros qui scotchent le lecteur et Comment créer des lieux qui font vibrer le lecteur.

Crédit photo : Office de tourisme Lesneven

Share Button